POPPERS - VIAGRA - ALCOOL - DROGUE

Inspiré de la brochure réalisée par Techno Plus

Orgies & after

 

Les drogues sont des substances dont l'usage est souvent interdit par la loi.
Si elles ne présentent pas toutes le même danger pour la santé, la plupart d'entre elles exposent au risque judiciaire (jusqu'à un an d'emprisonnement pour le simple usage).

Un grand nombre de produits de synthèse sont apparus sur le marché. Ces produits sont souvent détournés de leur fonction première vers de nouveaux usages. L'objectif de cette rubrique est de réduire les risques liés à l'usage récréatif des drogues telles que l'Ecstasy, le L.S.D, les Amphétamines, etc.

Nous espérons que ces quelques conseils permettront aux consommateurs et à leur entourage de terminer la fête aussi bien qu'ils l'ont commencée.

 

13 Conseils, pour réduire les risques lors de prises de drogues :

  • Renseigne-toi du mieux possible sur la qualité et l'effet du produit que tu comptes gober ;

  • Si tu as décidé de gober, fais-le avec des personnes de confiance, dans un contexte favorable ;

  • Absorbe l'X ou l'acide par voie orale uniquement ;

  • Gober plusieurs Ecstasys ou acides dans une même soirée peut provoquer une overdose: ça existe même avec ces produits ! ;

  • Les premières fois sois encore plus prudent, fractionne tes doses (exemple: 1/2 X ou 1/4 d'acide) ;

  • Le mélange de substances différentes est dans certains cas très dangereux (ou à l'inverse ça annule tous les effets) ;

  • Évite d'avoir l'estomac plein lorsque tu gobes, mais prends plutôt un repas énergétique quelques heures avant ;

  • Bois de l'eau ou des boissons énergisantes régulièrement (1/2 litre par heure), mais ne bois pas de grandes quantités d'un coup ;

  • Repose-toi régulièrement, tu éviteras la déshydratation et l'épuisement ;

  • Mange des produits vitaminés et sucrés (fruits, bonbons) ;

  • Portes des vêtements amples (pas de bonnet) ;

  • Évite de prendre le volant. N'oublie pas que tu es dans un état de conscience modifiée ;

  • N'oublie pas les capotes et le lubrifiant au cas où tu aurais des relations sexuelles.

 

LE POPPERS


Amyl, butyl ou isobutyl nitrate (nettoyeur de cuir)
Est vendu en petite bouteille que l'on sniffe. C'est un vasodilatateur qui provoque une montée puissante. Son effet dure à peu près deux minutes. Il est parfois utilisé pour aider la montée d'ecstasy ou de LSD.

Est surtout utilisé dans les relations sexuelles pour favoriser la pénétration anale (détend les muscles) et l'érection (vasodilatateur). C'est aussi un désinhibiteur psychologique permettant de faire reculer ses limites tout en intensifiant le plaisir ressenti.
Principalement connus comme des aphrodisiaques, les poppers se présentent sous deux formes : les “nitrites d’amyle” et les “nitrites de butyle”.

Ces drogues furent popularisées lors d’activités sociales, particulièrement par les gais, et utilisées pour accroître les sensations procurées par la musique, le rythme, le mouvement et la lumière. Le “nitrite d’amyle” est offert sous forme de petites ampoules de verre (d’où le terme “poppers” qui évoque le bruit lors du débouchage).

Quant aux dérivés du “nitrite de butyle” ils sont offerts en contenants de 12 ml. Ces drogues sont consommées par inhalation, par le nez ou la bouche.

Elles peuvent causer des brûlures à la peau lorsque répandues. Elles sont fortement toxiques si elles sont injectées et avalées.

Les poppers augmentent le rythme cardiaque, dilatent les vaisseaux sanguins et diminuent la pression artérielle. Ils procurent un sentiment de chaleur humaine, d’exaltation, de félicité, de lâcher-prise et de vertige.

Ils accroissent les sensations provenant de la lumière, du mouvement et du son et altèrent les perceptions sensorielles. Ils peuvent provoquer des hallucinations. Les poppers relaxent les tissus musculaires lisses (comme l’anus) et endorment les sens.

Cet effet peut empêcher de sentir des irritations ou des déchirures lors de relations sexuelles, et donc augmenter les risques de transmission du VIH et d’autres MTS, et de traumatisme corporel.

DANGERS Les poppers peuvent avoir des effets désinhibiteurs qui augmentent la probabilité d’avoir des relations sexuelles non protégées pendant et après leur consommation.

Un usage excessif en diminuera les effets; certains utilisateurs peuvent ressentir des maux de tête, des nausées et une perte d’érection.

Des études prétendent que certaines cellules du cerveau peuvent être détruites. Toute éclaboussure sur la peau peut être lavée à grande eau.

Sois prudent si tu inspire ces drogues par la bouche. Ne jamais boire ou injecter.

Par ailleurs, Un système immunitaire déjà affaibli risque de subir un affaiblissement additionnel suite à l’utilisation de poppers. Ceux-ci peuvent affecter le système au point que la protection contre les bactéries, les virus et les infections devient moins efficace. On connaît mal les interactions entre les poppers et les médicaments antiviraux.

Par contre, si tu soufres de troubles cardiaques et SPÉCIALEMENT si tu as pris du Viagra au cours des dernières 24 heures, ne prend jamais de poppers. Des accidents cardio-vasculaires mortels sont arrivés : le mélange Poppers + Viagra est mortel.

Les poppers qui " passent " bien (pas de sensation de brûlures) t'incitent à en inhaler plus & tu peux te retrouver avec une migraine violente (barre frontale) qui te casse ta date! Maîtrise donc ta consommation! Si tu en prends trop souvent tu peux endommager durablement tes muqueuses nasales.

Les marques sont nombreuses et nous te recommandons de les tester pour trouver celle qui te convient le mieux. Deux molécules, dérivées de l'initiale, les constituent : l'une est plus forte que l'autre, à toi de composer suivant ta sensibilité (strong ou light!)... 

Les trip hard avec mèches imbibées de poppers ou utilisant un masque sont des pratiques dangereuses à éviter. 

N'oublie pas que le poppers s'évapore et vieillit vite, conserve le dans un endroit frais et rebouche le bien. N'oublie pas que son effet, même s'il dure peu, peut te conduire à un mauvais contrôle de tes pratiques Safer-sex & ce comme toute drogue. 

 

LE VIAGRA®

 

Arrivé depuis plus de deux au Québec, le Viagra a déjà fait des victimes.

En effet, si le Viagra est associé au poppers (nitrites) l'hypertension produite devient intolérable pour l'organisme et crée, à coup sûr, un accident cardio-vasculaire souvent mortel. Il y a bien Danger de Mort.

Il semble que notre communauté utilise peu ce médicament. Ne vous laissez pas tenter par sa vente sur Internet. Ce n'est pas un produit anodin.

 

L'ALCOOL

 

L'alcool a un rôle désinhibiteur et anxiolytique de base qui peut te mettre à l'aise lors de rapports sexuels et donc te rendre plus " entreprenant "! Il est relaxant pour le corps et l'esprit. Il peut désinhiber et te rendre plus confiant dans tes relations avec les autres. Comme toute drogue l'absorption d'alcool diminue ton seuil de vigilance et tu peux en oublier les règles élémentaires de protection contre le VIH. Alors attention, si tu en as besoin pour te détendre, sois encore plus rigoureux.
De plus, boire trop provoque des troubles de la vision, des nausées, des vomissements, et rend souvent violent.
Mélanger plusieurs drogues est dangereux, spécialement en rajoutant de l'alcool en plus.
Bien que légal, l'alcool est une drogue avec une dépendance physique et psychique et est responsable d'un nombre important d'accidents de la route.

 

DES DROGUES ILLEGALES

 

BAD TRIP - CANNABIS - ECSTASY - KÉTAMINE - COCAÏNE - AMPHÉTAMINE - CHAMPIGNONS - MESCALINE - LSD - PROTOXYDE D'AZOTE - HÉROÏNE

 

Les drogues légères comme les plus dures peuvent te conduire à oublier les règles du Safer-Sex puisque tu te mets dans une situation de diminution de ta lucidité.

 

Elles provoquent toutes, avec plus ou moins d'effet une " descente " qui est un moment de transition parfois difficile qu'il faut organiser.

 

LE BAD TRIP S'APPLIQUE PARTICULIEREMENT AU LSD

Il peut être relativement léger et transitoire, mais peut aussi devenir un réel cauchemar (crise de panique, psychose).

La plupart du temps quand la chimie s'estompe, l'angoisse se dissipe, mais parfois il peut déclencher un traumatisme durable (phobies, état confusionnel, bouffées délirantes...!)

Un bad trip ne se produit pas par hasard. Le dosage du produit peut être en cause mais pas seulement. Certaines révélations, certaines prises de conscience favorisées par la prise de psychédéliques peuvent faire gravement péter les plombs si elles arrivent à un mauvais moment.

Des remises en question peuvent s'avérer au-delà du supportable (il est plus difficile d'encaisser en une nuit ce qui se passe habituellement sur une longue durée et par étapes).

Il faut pouvoir évaluer son aptitude à gérer la drogue et en prendre seulement si l'on se sent prêt. Les bad trips sont plus fréquents lorsqu'on se trouve seul, ou lorsqu'on a peur devant une montée trop forte : ne te défends pas, " accompagne " !

Les substances psychédéliques amplifient les sentiments, qu'ils soient bons ou mauvais (psychédélique: du grec psyché : esprit et délo : révéler).

C'est aussi pour toutes ces raisons qu'il est dangereux de faire consommer de la drogue à quelqu'un à son insu.

Pour le LSD, les deux causes de bad trip les plus fréquemment rencontrées sont :

  • Une personne qui prend pour la première fois un buvard entier. La première fois il faut donc fractionner (1/4 au maximum).

  • Une personne qui gobe un trip, ne sent rien et une heure ou deux après, en regobe un autre. C'est donc une double dose qui va monter d'un seul coup. Attention un trip peut mettre cinq ou six heures à monter!

Il y a des moments, des circonstances où il ne faut pas gober car on ne fuit pas avec ce genre de produits.

 

CANNABIS

Issu d'une plante, il se présente sous trois formes : feuilles et fleurs séchées (herbe, marijuana, pot), résine compressée (haschich, hash), ou huile. Généralement il se fume, mais peut être aussi mangé. Freine la montée d'ecstasy, mais souvent utilisé pendant la descente pour ses effets relaxants. Ses effets sont aussi connus pour favoriser l'appétit.

À forte dose il rend parfois parano, crée des hallucinations et provoque des nausées.

 

 

L'ECSTASY

ECSTASY (X, XTC, «E ») est du Méthylène Dioxy Mé Amphétaminique ( MDMA)
Sous cette formule chimique se cache le véritable Ecstasy. Substance synthétique dérivée de l'amphétamine, elle se présente sous la forme d'un cachet ou d'une gélule. Le dosage usuel est de 2 mg/kg. D'autres métamphétamines existent : MDA, MDEA, etc. dont les effets psychotropes sont proches de l'Ecstasy.

Les  Effets de l'ECSTASY (pour le MDMA pur) sont à la fois stimulant et relaxant. Il modifie l'humeur, favorise la communication et exacerbe les sens : le temps passe très vite.

L'effet se fait sentir entre 20 et 60 minutes après l'absorption :

  • Au début tu peux ressentir une impression de flottement et parfois une légère inquiétude.
    Il est possible d'avoir des nausées, des bouffées de chaleur. Le coeur bat plus vite, la peau devient moite et la bouche sèche.
    Pas de panique! C'est normal et cela ne dure habituellement pas longtemps.

  • L'effet est maximum pendant 2 heures puis diminue les heures suivantes, au total 4 à 8 heures d'effet.

  • S'amorce ensuite la descente qu'il est nécessaire de préparer, l'important étant sans doute de ne pas rester seul, d'avoir au minimum 24 heures devant soi sans activités qui prennent la tête et de se regénérer (sommeil, alimentation énergétique et vitaminée).

Un produit vendu sous le nom d'ecstasy ne contient qu'exceptionnellement de la MDMA pure.

Ce sont en fait des « dancepils » qui circulent, c'est-à-dire des amphétamines mélangées ou non à une quantité variable de MDMA (voir chapitre Amphétamines).

  • On peut acheter légalement un testeur à Ecstasy/Amphétamine. Les effets sont aussi :

  • La déshydratation du corps: elle est due à la MDMA et devient dangereuse (voire mortelle) si la température ambiante est élevée. L'effort physique trop important, les pertes d'eau mal renouvelées. Il faut donc boire de l'eau régulièrement, mais pas de grandes quantités d'un coup, s'aérer et faire des pauses. Ça limite aussi la toxicité aux reins ainsi que le risque d'infection urinaire.

  •  Une fois que ton humeur n'est plus stimulée artificiellement tu risques de plonger dans une forme d'anxiété et de dépression ("passage à vide" très fréquent au 3ième jour après la consommation). Alors si tu te sens "limite" ou si tu as déjà eu des problèmes du genre, ce n'est pas le moment pour gober.

  • Les personnes qui consomment de l'ecstasy de façon régulière et fréquente (par exemple une fois par semaine), réalisent qu'elles prennent des quantités de plus en plus importantes et que l'effet n'est plus aussi agréable, elles maigrissent et s'affaiblissent. Leur humeur est instable et elles peuvent devenir agressives. Pour quelques-uns c'est le début d'une dépression sévère et durable. Attends au moins six semaines entre deux prises et réserve-les à des évènements particuliers.

L'Ecstasy est médicalement contre-indiquée dans les cas de troubles du rythme cardiaque, d'épilepsie, d'asthme, de problèmes psychologiques, d'insuffisance rénale, de diabète ou d'asthénie. En cas de traitement attention aux interactions médicamenteuses, notamment avec certains médicaments anti-VIH et les IMAO.

Trithérapie et Ecstasy: Attention Danger!

Des études récentes mettent en évidence une interaction possible entre la prise d'Ecstasy et une antiprotéase (le Rito-navir/Norvir). Celle-ci multiplie les doses sanguines d'Ecstasy par 2 ou 3.

Ce surdosage peut avoir des conséquences dramatiques. Si tu es un consommateur régulier d'X et que tu commences un traitement au Norvir, diminue ta dose habituelle d'Ecstasy, les effets n'en seront pas moindres!

Les Ecstasys sont fréquemment coupés avec tout un tas de produits plus ou moins dangereux (anti-dépresseur, caféine, morphine, sédatifs, hormones, médicaments divers...).

La "E" (ecstasy) a tendance à désinhiber totalement son consommateur et lors de jeux sexuels cette perte de contrôle de soi facilite considérablement les comportements sexuels à risque.

 

KÉTAMINE / PCP

C'est un puissant anesthésiant, le kétalar, qui se sniffe sous forme de cristaux, voire s'injecte en intramusculaire.

La conscience se dissocie du corps et de la réalité extérieure. Effets différents suivant les doses, allant jusqu'au coma en cas de surdose. Comme il s'agit d'un anesthésiant, tu peux te blesser sans t'en rendre compte.
Si tu es habitué à faire des lignes de speed, sache que pour la kétamine il en faut deux ou trois fois moins.
Risque majeur de bad trip.

 

COCAïNE & CRACK

Stimulant rapide, intense, et de courte durée. Se sniffe, se fume, ou se shoote. Dépendance physique et psychique. Inhibe les effets de l'ecstasy. Produit le plus souvent fortement coupé.

 

L'AMPHÉTAMINE

L'amphétamine ou speed est un coupe-faim avec un effet psycho-stimulant puissant. C'est une substance qui induit une dépendance psychique, physique et une descente difficile.

La consommation d'amphet peut entraîner une altération de l'état général par la dénutrition et par l'éveil prolongé aboutissant à un état d'épuisement, une grande nervosité et parfois des troubles psychiques graves (psychose, paranoïa).

Produit très dangereux en cas de dépression, de problèmes cardio-vasculaires, d'épilepsie.

 

CHAMPIGNONS HALLUCINOGENES (PSILOCYBINE, MAGIC MUSHROOMS)

Similaire au LSD mais durée d'action plus courte (3 à 6 heures). Bad trip beaucoup moins fréquent, mais à ne pas sous estimer. Nombreuses variétés différentes.
Certains champignons sont vénéneux et peuvent créer un empoisonnement avec diarrhée, vomissements.

 

DMT / AYAHUASCA / Peyolt et mescaline

Hallucinogènes puissants. À ne consommer qu'avec des initiés.

 

LSD 25

Le LSD ou diéthylamine de l'acide lysergique est obtenu à partir de l'ergot de seigle. Il se présente sous la forme d'un buvard (papier imbibé d'acide), d'une micropointe (ressemblant à une mine de crayon) ou sous forme liquide. Le LSD est efficace à partir de 25 microgrammes.

Un trip contient entre 50 et 400 microgrammes voire plus. Le dosage d'un buvard est délicat, c'est là le principal risque d'une acide : pour deux buvards portants le même nom, l'un pourra être puissant et l'autre très soft. Attention au surdosage, n'hésite pas à fractionner tes prises !

Généralement, il faut entre 1/2 heure et 2 heures pour ressentir les premiers effets, mais il arrive parfois que l'acide monte cinq ou six heures après la prise. Au début de la montée peut apparaître une anxiété ou un sentiment désagréable de confusion. Il ne faut pas bloquer sur ces sensations, elles sont passagères.

L'utilisation traditionnelle des plantes hallucinogènes se fait le plus souvent dans des circonstances sociales ritualisées. Ce n'est jamais un évènement anodin.

Le LSD est un hallucinogène puissant et ne devrait pas être pris à la légère. En abaissant les "défenses" psychiques qui nous aident tous contre l'angoisse, il peut nous permettre d'avoir accès à des zones obscures ou inconnues de notre être. Ce n'est donc pas sans risques car ce qui est "refoulé" ne l'est pas sans raison! La rencontre peut être exaltante ou totalement angoissante selon notre état d'esprit, notre environnement et le moment.

Il existe autant d'expériences que de personnalités. Un trip dure entre 5 et 12 heures, quelques fois plus longtemps. L'expérience au LSD est puissante et laisse un souvenir durable, bon ou mauvais.

 

PROTOXYDE D'AZOTE (N20)

Vendu sous forme de ballon, s'inhale. Augmente en général l'effet d'autres drogues en cas d'association.
Forte et très brève modification de la conscience ( hilarité, distorsion sonore, déséquilibre, désorientation).
Le protoxyde d'azote a tendance à détruire la vitamine B12, avec des répercussions graves sur la moelle osseuse et les os.

 

HÉROÏNE

Vient du pavot. Se sniffe, se shoote ou se fume. Dépendance psychique et physique.
Provoque un sentiment de bien-être, est utilisé parfois en redescente d'ecstasy ou d'acide. Cette méthode expose au risque de dépendance aux opiacés.

Attention l'héroïne que l'on trouve est souvent fortement coupée (5 à 10% d'héroïne) avec des produits parfois dangereux. Shoot à risques réduits :

  • Ne prête jamais ta pompe et ne prends jamais celle d'un autre. Au pire, désinfecte et rince ton ancienne seringue (eau de javel à 12 ou alcool à 90) ;

  • N'échange pas ton filtre, ni ta cuillère, ni ton eau ;

  • Change de filtre à chaque shoot ;

  • Utilise de l'eau stérile ou minérale pour le mélange, ou de l'acide citrique ou ascorbique pour le brown ;

  • Change de veine à chaque fixe (jamais dans le cou, le sexe, les seins ou dans une artère. Évite les jambes).

Les pailles pour sniffer peuvent transmettre les virus des hépatites, ne les échange pas.

 

Tu te sens fort, tu maîtrise la situation... Quel que soit le produit que tu utilises, alcool, cannabis, ecstasy, L.S.D., cocaïne, speed, etc. n'oublie pas que tu es dans un état modifié de la conscience, ne conduit pas, laisse le volant à quelqu'un qui est clean, si tu es seul, attends un peu.

Et n'oublie pas les règles du safer-sex!

Que faire en cas de bad trip ?
Si quelqu'un se fait un mauvais trip, reste calme et fais ton possible pour le calmer.
Amène-le dans un coin tranquille et bien aéré, parle-lui et rassure-le. Rappelle-lui qu'il est sous l'emprise d'un produit dont l'effet va se dissiper. Il ne faut pas non plus le harceler : vu son état, il lui sera de toute façon difficile de répondre. Un léger massage, une épaule chaleureuse et surtout une présence suffisent presque toujours à calmer un mauvais délire. Si ça ne s'arrange pas, fais appel à une personne qualifiée.
Un médecin peut administrer un médicament permettant une relaxation.

Si quelqu'un perd connaissance ou a des convulsions, place-le en position latérale de sécurité (allongé sur le côté) dans un endroit calme et aéré, assure-toi qu'il n'avale pas sa langue et que rien ne gêne sa respiration.
Demande ou fais demander des secours immédiatement (911), mais ne le laisse pas seul.
En attendant,
renseigne-toi auprès de ses proches pour savoir ce qu'il a pris, et quelle quantité. Si tu le fais avant l'arrivée des ambulanciers, il te sera plus facile d'obtenir une information précieuse pour le médecin.

Que faire en cas d'overdose d'héroïne ?
- Ne panique pas.
- Fais respirer la personne et demande-lui de garder les yeux ouverts.
- Stimule-la pour l'empêcher de sombrer dans le coma (parle-lui, secoue-la, pince-la, fais-la marcher...), et surtout fais-la respirer.
- Si elle est déjà inconsciente, appelle le 911 : place-la en position latérale de sécurité et pratique le bouche-à-bouche si tu sais faire.
Ne laisse jamais seul quelqu'un qui va mal!

Attention!
L'ecstasy, le LSD, les amphets assèchent les muqueuses augmentant le risque de transmission du VIH. L'utilisation d'un lubrifiant est vivement conseillé!

Version.3.0