TRIP CRACHAT - PISSE - URO - SCATO- ZOO

 

 IST Sexe en groupe Poppers Barebacking

 

Dans les jeux érotiques hard, la salive abondante ou les crachats peuvent trouver leur place et te poser quelques questionnements.

Il ne faut pas trop te soucier à ce sujet : recevoir de la salive de manière plus ou moins directe, en avaler, recevoir des crachats ne présentent  pas de risque de transmission du VIH. En effet, la concentration virale présente dans la salive est trop faible pour causer une contamination.
En résumé, tu ne prends pas plus de risque qu'en pratiquant un baiser profond...

Par contre, en ce qui est d'autres germes ou d'autres virus (tel l'hépatite B) le risque existe : commence par te vacciner contre l'hépatite et évite de formuler ce genre de trip si tu as une infection rhino-pharyngée ou une infection virale : tu respecteras ton partenaire, sa santé et la tienne.

 

LES JEUX URO (PISSE)
 

Il est clair que les  jeux érotiques basés sur des plans " pisse " sont de plus en plus recherchés.

Recevoir de l'urine sur le corps, et plus précisément sur une peau saine, ne présente pas de risque. Il faut savoir que l'urine est stérile si ton partenaire n'a pas d'infection urinaire

Par contre, avaler de l'urine est déconseillé : en effet si ton partenaire a une infection urinaire ou une ITS (infection trransmissible sexuellement), il peut avoir du sang dans les urines & le risque de transmission du VIH existe. C'est encore plus dangereux si tu en prends dans le cul (et surtout après une sodomie).


Si tu tiens à avaler de l'urine il faut :

que ton partenaire n'ait pas d'infection urinaire;
qu'il boive beaucoup avant le plan de manière à éliminer au mieux tout germe;

qu'il évite enfin de prendre des médicaments ou vitamines les 48 heures avant - mais cela est relatif au confort du trip.

Ce type de précaution peut diminuer les risques de contamination par des agents bactériens ou viraux.

Attention : tu ne dois jamais prendre en bouche une émission urinaire qui aurait été précédée par une éjaculation (sperme présent) & à fortiori si vous avez joué avec des sondes urinaires avant (présence possible de sang dans l'urine liée aux lésions). 

Attention aussi aux trips pisse que tu pratiques dans des soirées avec des gars dont tu ne sais rien et où tu ne vois pas grand chose!

Dans le cadre des Golden Showers Party n'avale pas : tu ne sais pas si le gars a respecté les consignes précédentes ou n'a pas joui juste avant de te rencontrer. Les risques sont alors importants!

 

LES TRIPS SALES OU SCATOLOGIQUES

Les trips sales ou scato sont sans danger sur une peau saine : trips crapahutage, boue, etc. sont des plans sûrs. 

Comme les Jeux uro, les plans scato externes sont sans danger de contamination avec le V.I.H si ta peau est saine.

Par contre, tu peux te contaminer avec des germes peu sympathiques voire des maladies de la peau si tu es sensible et il n'est pas question ici de réactions allergiques.

L'ingestion comporte un risque nettement plus important au niveau du V.I.H., a fortiori s'il existe des lésions de la muqueuse rectale ou intestinale du donneur.

Tant qu'aux autres germes, ils sont très nombreux (amibes, hépatite, micro-organismes, etc.). Tu risques des ennuis de santé sérieux surtout si tes défenses immunitaires ne sont pas au max !

En résumé : rien dans la bouche donc et pas d'ingestion ! 

 

LES TRIPS DEPRAVES ET ZOOPHILES

Nous notons depuis deux ans une demande de plus en plus pressante de rapports zoophiles. Il est évident que cette pratique choque beaucoup de monde et que le débat subsiste dans la communauté sur le consentement de l'animal. Nous proposons donc ici un information neutre portant sur l'aspect médical et juridique.

 

La transmission de maladies avec la zoophilie, le vih ne concerne que l'homme (VIH= virus d'immunodéficience Humaine).

Des animaux peuvent être séro+, mais avec un virus qui leur est propre et non transmissible à l'homme (dont le chat, le singe).

Pour les autres maladies, elles restent spécifiques aux animaux mais certaines sont transmissibles à l'homme parce que communes (l'hygiène des animaux vaut ce qu'elle vaut et n’est pas toujours au top).

 

Il est également important de préciser quelques points juridiques qui engagent les propriétaires de animaux. Ces pénalités sont relative à la loi française. Pour le Québec, nous n'avons pas encore toutes les informations mais elles doivent suivre les mêmes règles ou être plus strictes encore.

Les mauvais traitements envers les animaux domestiques ou apprivoisés ou tenus en captivité sont punis d’une amende de 750 euros (Article R. 654-1 du code pénal). Le tribunal peut décider de remettre l’animal à une association de protection reconnue d’utilité publique.

La mort d’un animal, qu’elle soit volontaire ou non, est également réprimée (Art. R. 653-1 et R. 655-1 du code pénal).

Les sévices graves envers les animaux, qu’ils soient commis en public ou non, sont punis de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. Il peut être interdit, à titre définitif ou non, de détenir un animal (Art. R4. 521-1 du code pénal)

Version.3.0